Chapitre 4



"Jim, je n'ai pas envie de faire ça, mais c'est le seul moyen."

Kirk regarda le visage pâle de Gregson.

Il s'était réveillé cinq minutes plus tôt les membres attachés au lit et la tête qui tournait. Il avait manifestement été drogué et n'avait aucune idée du quand ni du comment. Il ne réagit donc pas pendant les deux premières minutes, mais quand il réussit à évacuer la plus grande partie de sa désorientation, il réalisa que le Commodore avait senti que le temps lui était compté. Il avait alors décidé de renoncer totalement à la séduction.

"Je croyais que vous ne me forceriez pas à faire quoi que ce soit que je ne veuille pas faire."

Le vacillement de sa voix trahissait l'effroi qu'il avait pourtant essayer de cacher. Mais où étaient Spock et l'Entreprise ? Il ne lui restait plus beaucoup de temps.

Gregson ne mordit pas à l'hameçon et sortit un petit appareil triangulaire. Kirk ne reconnut pas l'objet mais avait le pressentiment que, quoi que cela pouvait être, ça le rendrait sûrement plus docile aux souhaits du Commodore.

"Je ne l'aurais pas fait si j'avais eu plus de temps, Jim. Mais je ne peux pas attendre que tu te souviennes de ton affection pour moi. Je suis désolé, mais je vais devoir utiliser ça pour t'aider à retrouver la mémoire."

Le Capitaine ferma les yeux quand il sentit le métal frais toucher son front. Son coeur menaçait d'exploser dans sa poitrine — Spock, où était Spock ? —

Ses yeux noisettes s'ouvrirent brusquement alors que son corps s'arc-boutait en réaction à l'étincelle qui courait le long de ses nerfs. Il sentit comme un choc en premier lieu, qui devint plus intense quand la douleur se centralisa dans sa tête. Fermant les yeux de nouveau pour se concentrer et faire partir cette souffrance, le Capitaine ne put pas s'empêcher d'appeller de nouveau Spock dans sa tête, croyant en quelque sorte que son premier officier serait capable de l'entendre depuis l'espace.

La bataille contre l'appareil qui s'agrippait à sa tempe continua pendant plusieurs minutes et la douleur empirait à chacune d'elles... jusqu'à ce que tout devienne noir.


Spock, McCoy, et l'équipe de sécurité arrivèrent à quelques mètres des quartiers du Commodore Gregson. La seule personne qui les bloqua fut l'unique officier de sécurité des quartiers. Spock l'assomma sans aucune hésitation et arracha la carte d'accès du cou de l'homme. Si McCoy et le reste de l'équipe avaient de quelconques objections, ils ne prononcèrent pas un mot alors que les portes s'ouvraient et qu'ils entraient dans un salon vide.

Faisant un signe de main aux hommes de la sécurité pour qu'ils se glissent de chaque côté de la porte d'entrée, Spock s'avança rapidement vers une autre porte menant à la chambre à coucher. Il s'aperçut alors que la carte ne fonctionnait pas. Fronçant les sourcils, il recula, ajusta le réglage de son phaser et tira.


Un bruit.

Un bruit fort de métal qui craque et des pas qui résonnent.

Des cris.

La sensation que quelque chose quitte sa tête.

Des mains trop chaudes qui touchent sa figure.

Nonnonnonsorssors!

Soulagement.

De la fraîcheur.

Disparition des liens.

Un poids.

Une faible lumière.

Un visage pâle.

Des yeux sombres.

Des yeux bleus.

Les reconnaît sans les connaitre vraiment.

Un toucher.

Une force.

non... pas ça!

A suivre