Chapitre 3



Le communiqué avec le Commodore aurait poussé n'importe quel humain à s'arracher les cheveux et à crier. Mais Spock se contenta d'inspecter une nouvelle fois le travail qu'il avait accompli ces dernières heures. Cette fois-ci, il réussit à se plonger dans une transe profonde, occultant son environnement pour mieux d'analyser les faits et ses sentiments sans aucune interruption extérieure.

Fait : Jim a été enlevé il y a approximativement 4.2 jours.

Sentiments : Détresse : comment est-ce que Jim a pu être aussi négligent ? Ainsi qu'un ressentiment illogique à l'encontre du sujet.

Fait : 3 structures de la Base Spatiale 70 ne sont pas accessibles au scan du navire.

Sentiments : Grâce à cette découverte : joie soudaine et soulagement. Puis contrariété face à la réalisation qu'il devrait passer par les voies officielles de la Flotte Spatiale pour se procurer l'accès à ces bâtiments. Impatience spécifiquement humaine.

Fait : Le Commodore Gregson, malgré son amitié pour Jim, refuse de le laisser conduire une enquête personnelle sur l'une de ces trois structures.

Sentiment : Frustration. Gregson n'est pas aussi conciliant que Jim à propos des règles, mais il a promis de faire un second balayage—stop.

Question : Si Gregson était aussi impatient que l'équipage de l'Entreprise de retrouver le Capitaine Kirk, pourquoi a-t-il refusé son aide pour accélérer la conclusion de l'enquête ?

Revue des réponses humaines de Gregson.

Sentiments : Surprise, irritation, inquiétude à peine cachée.

Conclusion : Gregson cache quelque chose—

Spock !

Sa concentration explosa et le Vulcain s'arracha brutalement de sa transe avec crainte. Il ouvrit les yeux, cherchant dans sa cabine l'origine de cette voix.

Spock !

Il lui fallut une seconde pour réaliser qu'il s'agissait de la voix de Jim et qu'elle ne provenait pas de l'endroit où il était agenouillé. Etonné, il fallut un moment à Spock pour se calmer et retomber dans son état méditatif.

Replongeant dans une légère transe, il sonda son esprit et abaissa les barrières mentales qu'il maintenait au dessus de ce qui ressemblait à un faible rayon de lumière. Il tendit mentalement sa main vers cette lumière vascillante, l'effleurant délicatement du doigts.

Une pièce faiblement éclairée. Le visage fébrile du Commodore Gregson. Un appareil métallique. Kirk est attaché. Il lutte —

Spock fut soudainement repoussé loin de la menace, éjecté de sa transe et se retrouva vautré sur la couchette de sa cabine. Il resta là, haletant, les yeux dilatés, sentant les échos de la panique de Kirk. Il ne pouvait pas rester là une seconde de plus. Il devait se lever.

Rassemblant ses forces, il se mit debout, enleva sa robe et mis son uniforme en un temps record. Appuyant violemment sur l'interphone, il ordonna au Docteur McCoy et à trois autres hommes de la sécurité de le rejoindre dans la salle de téléportation dans deux minutes. Le temps manquait.



A suivre...