Contact



Sa position était inconfortable. Il le sentait à travers les brumes de son inconscience. Il était compressé, à la fois par son dos mais aussi par sa poitrine. Son bras se heurta faiblement contre une masse solide et rigide alors qu'il reprenait doucement conscience. Il se força à ouvrir les yeux malgré une douleur lancinante qui compressait ses sinus. Il était logique d'en déduire qu'il avait été drogué. Il connaissait ce type de symptômes qui amoindrissait les sens et la réflexion. Heureusement pour lui, il avait subi suffisamment d'entrainement pour percer le voile de sa confusion.

Il ouvrit doucement les yeux. Ses paupières papillonnèrent malgré l'obscurité qui régnait autour de lui. Il était adossé dans une position à moitié assise, à moitié allongée. La première chose qui attira son attention fut la masse plus lourde encore qui reposait sur sa poitrine et ses jambes. Une masse chaude et lourde. Proportionnelle à celle qu'il attribuait généralement au Capitaine Kirk.

Le premier réflexe de Spock fut de poser sa main contre la nuque de son supérieur pour déceler le moindre signe de vie. Il dut remuer de quelques centimètres pour arriver à dégager l'un de ses bras et accomplir sa tâche. La tête de Kirk roula sur le côté sur son épaule, ses cheveux lui obscurcissant les narines. Il sentit, non sans un certain soulagement, que le Capitaine Kirk était en vie. Le pouls était faible mais stable. Son métabolisme humain devait très sûrement mettre plus de temps que le sien à se débarrasser de la drogue encore présente dans son sang.

Spock mit à profit le temps qui lui était imparti pour étudier le lieu dans lequel son Capitaine et lui semblaient s'être retrouvés prisonniers. Il n'y avait aucune source de lumière et il n'aurait strictement rien pu voir sans sa vision vulcaine particulièrement accrue. Il tendit le bras et s'aperçut que leur cellule était en fait une cage, une boite plus précisément. Une boite en métal tout juste assez grande pour les contenir tous les deux, entassés l'un sur l'autre. Lorsque le vulcain leva la tête à la recherche d'une quelconque ouverture, son front frotta vigoureusement le plafond. L'un de ses coudes reposait contre l'un des murs en métal, ses jambes prenaient appuie contre la plaque devant lui et soutenait sans difficulté le corps de Kirk.

Il n'avait aucun moyen de bouger, se retourner ou ne serait-ce que s'asseoir. Il commença à cogner fermement contre les parois qui les retenaient prisonniers mais ne sentit pas la moindre vibration. Il ferma alors les yeux et ouvrit son esprit à l'environnement qui les retenait ainsi compressés. Il fronça les sourcils alors que sa vision mentale se heurta à un champ de force tout proche d'eux. Impossible de savoir si l'endroit contenait d'autres formes de vie. La seule chose dont il était sûr comprenait les dizaines de mètres de terre froide qui les entouraient.

Ils étaient enterrés vivants.


Kirk ouvrit difficilement les yeux. Il ne se rappelait pas s'être endormi ou avoir perdu connaissance. Ses derniers souvenirs étaient flous mais il savait qu'une de leur mission avait mal tourné. Il voulut se relever mais prit bien vite conscience de la limite d'espace que son environnement lui offrait.

_Que -

Il n'eut pas le temps d'essayer de se relever que sa tête cognait déjà durement une plaque métallisée. Lorsqu'il voulut prendre appui sur ses mains pour se relever, il sentit alors un corps chaud sous ses doigts et sursauta violemment.

_C'est moi, Capitaine, Spock.

Si la voix de son officier en second lui paraissait habituellement réconfortante, il ne pouvait pas nier que leur proximité forcée, il ne doutait pas que Spock ne serait pas dans cette position s'il en avait eu le choix, ne présageait rien de bon. Pire encore, l'obscurité ne lui offrait aucune possibilité de prendre conscience de leur environnement.

_Bon sang, où avons-nous atterris ? Demanda Kirk en tâtant les côtés de la boite en métal qui semblait leur servir de foyer de transition.

_Je n'ai malheureusement pas pu récolter assez de données pour vous donner une réponse concrète, Capitaine.

Kirk sentit le souffle du vulcain contre son visage. Il n'aurait pas cru qu'ils étaient si proches. Ils ne pouvaient malheureusement pas se séparer l'un de l'autre. La proximité de leur corps ne gênait pas Kirk, mais il savait qu'il ne devait pas en être de même pour son officier en second, même dans un cas exceptionnel comme celui-ci.

_Vous êtes réveillé depuis longtemps ? Une quelconque tentative de contact de la part de nos agresseurs ?

Il sentit le vulcain bouger sous son corps. Il crut dans un premier lieu que Spock essayait de se dégageait de leur étreinte forcée mais il se rendit compte que la nouvelle position de son commandant lui permettait d'être plus à l'aise.

_Depuis 7,6 minutes, Capitaine. Aucun contact n'a pu être établi. Nous sommes apparemment enfermés dans un caisson en métal enterré sous des dizaines de mètres de terre.

Kirk allait remercier le vulcain de lui avoir laissé une place plus confortable mais sa dernière remarque lui coupa tout envie de politesse.

_Pardon ?

Kirk sentit sa poitrine se compresser et eut du mal à respirer. Il n'avait jamais été spécialement claustrophobe mais l'idée d'être enterré vivant sous terre et sans possibilité d'entrer en contact avec qui que ce soit lui donnait des sueurs froides. Il se força cependant à se reprendre. Il ne servait à rien de céder à la panique en particulier quand on était aussi peu libre de ses mouvements que lui.

_Eh bien, voilà une nouvelle bien peu réjouissante. Vous en avez d'autres comme ça dans votre sac, Spock ?

_Je n'ai pas de sac, Capitaine.

Kirk aurait presque ri de la remarque du vulcain si leur situation n'était pas aussi mauvaise.

_Bon, si je résume bien la situation, nous sommes coincés dans un bloc de métal sous terre, sans aucun moyen de contacter l'extérieur. Sans oublier le fait que je ne vois strictement rien...

_Ce n'est pas mon cas, le coupa Spock en posant ses mains sur les épaules de Kirk. Mais je n'ai vu aucune ouverture. Il semblerait que ce caisson ait été verrouillé une fois que nous étions à l'intérieur.

Kirk fut quelque peu déstabilisé par la chaleur qui émanait du corps du vulcain. Ils étaient certes habitués à quelques gestes amicaux coutumiers mais rien de semblable. Il mentirait s'il ne pensait pas que les battements de coeur du vulcain qu'il percevait sous son propre torse n'étaient pas apaisants en soi. Il préférait le savoir vivant et calme plutôt que paniqué ou mort. Mais la situation était réellement mauvaise. Trs mauvaise. Et qui disait peu d'espace et beaucoup de terre, disait aussi forcément manque d'air.

_Combien de temps avant que nous ne puissions plus respirer ? Demanda Kirk, forçant son esprit à se concentrer sur les solutions pour les sortir de cette mauvaise passe.

Il sentit Spock bouger légèrement et se força à être le plus léger possible. Il tendit son corps et rentra le ventre, donnant le plus d'espace qu'il pouvait au vulcain. Après plusieurs minutes de tâtonnement et un long silence, il entendit Spock tousser doucement. Etait-il en train de rêver ou le vulcain lui paraissait soudainement nerveux ?

_Il semblerait qu'une aération ait été posée sur votre gauche.

Kirk laissa son corps reposer sur celui du vulcain, soulagé en partie par sa révélation. Elle n'expliquait cependant pas l'état dans lequel il avait senti Spock se mettre.

_Mais ? Hasarda-t-il.

Le vulcain resta silencieux quelques secondes. Kirk le sentait, il y avait toujours un mais...

_C'est un trou, Capitaine. Tout juste assez grand pour nous laisser le temps de reprendre conscience et connaître l'état de notre situation. Mais l'air va continuer à se raréfier jusqu'à ce que nous succombions par asphyxie.

Kirk eut un frisson difficilement répréhensible. Alors, ils allaient mourir. Et surtout, on voulait qu'ils meurent lentement, très lentement. Il aurait voulu répondre quelque chose à cette révélation mais sa voix était coincée dans sa gorge. Il aurait voulu être optimiste et encourager Spock à continuer ses recherches mais leur situation ne le permettait guère. Ils restèrent un long moment silencieux. L'immobilité et la cécité paraissaient pire aux yeux de Kirk que l'air qui allait bientôt leur manquer. Il ne supportait pas d'être ainsi enfermé, privé de tout moyen d'agir.

Spock, lui, semblait aussi calme qu'à son habitude. Il suspectait son ami d'effectuer une méditation vulcaine quelconque pour apaiser son esprit. Il ne pouvait pas rester aussi calme après une telle information autrement, n'est-ce pas ?

_Spock ? Appela-t-il d'une voix presque effacée.

_Oui, Capitaine ?

_Nous n'avons vraiment aucun moyen de nous échapper cette fois-ci ?

Plusieurs secondes de silence et Kirk laissa un dernier soupir s'échapper de sa gorge. Spock ne lui répondit pas, ce qui n'était pas bon signe. Il se focalisa sur les battements de son coeur mais ils restaient toujours aussi réguliers. Il sentait pourtant le sien prêt à s'emballer à chaque seconde. Il ouvrit encore une fois les yeux mais rien ne transperçait l'obscurité qui les liait dans cette cage de métal.

Sans qu'il ne s'en rende vraiment compte, il laissa ses bras reposer le long de la taille du vulcain. Ses mains se posèrent sur ses hanches et il l'agrippa afin que son corps ne glisse pas plus en arrière. Leur position n'était pas des plus décente mais la mort rendait les choses beaucoup plus superflue à ce stade.

Kirk ferma à nouveau les yeux. Il ne devait pas laisser dériver ses pensées trop loin. S'il ne focalisait pas son esprit il risquait de paniquer et de les entrainer, lui et son officier, plus rapidement encore dans la mort. Ce n'était pas vraiment réjouissant mais ça faisait partie de leur devoir. Il savait à quoi il s'engageait lorsqu'il avait accepté d'intégrer Starfleet. Il ne s'était juste pas attendu à mourir ainsi, surtout en compagnie de Spock. Il ne méritait pas de partir comme ça. C'était tellement bête pour un homme aussi intelligent que lui.

_Spock, je commence à avoir vraiment sommeil...

Le froid contractait doucement ses muscles les uns après les autres malgré la chaleur corporelle qui se dégageait du vulcain. Il la trouvait apaisante malgré l'engourdissement de son propre corps.

_Vous commencez à souffrir du manque d'air.

Kirk s'autorisa un moment de silence. Il était conscient que la situation devait forcément évoluer ainsi. Etait-ce à cause du manque d'oxygène qu'il lui semblait entendre Spock parler si doucement ?

_Peut-être devriez-vous vous reposer, Capitaine.

Kirk laissa sa tête glisser mollement le long de la poitrine du vulcain, sentant ses muscles se détendre aux intonations de voix de son officier en second. Il lui semblait déjà tellement loin.

_Je crois que je vais vous écouter...

Kirk laissa la douce sensation du sommeil l'envahir, préférant largement celle-ci à cette peur tapissée au fond de lui qui ressemblait beaucoup trop à un torrent de regrets.


Il sentit le corps du Capitaine s'appesantir contre lui et son souffle amenuiser au fur et à mesure qu'il plongeait dans un sommeil profond. Lorsque sa respiration fut assez calme et lointaine, Spock s'accorda un bref sentiment de soulagement. Il ne souhaitait pas la mort de son supérieur mais si elle était inéluctable il était logique qu'il préfère que Kirk s'en aille ainsi, dans son sommeil.

Le vulcain sentait l'air se raréfier à une vitesse vertigineuse. Ils avaient du se réveiller plusieurs heures au moins après leur enterrement. Il n'avait pensé que la mort viendrait aussi vite. Mais la situation lui laissait toutefois le temps de pratiquer le rituel vulcain de la séparation du corps et de l'esprit. Malheureusement pour lui, la seule personne avec laquelle il pouvait entrer en contact pour y déposer l'essence de son esprit allait mourir elle aussi. Et sûrement avant lui.

Cette constatation le mit mal à l'aise. Bien plus que tout ce qui les entouraient jusqu'à présent. La biologie du corps humain ne permettrait pas à Kirk de survivre bien longtemps. Ses calculs, bien que logiques et implacables, n'en restaient pas moins dérangeants, même pour lui. Il assisterait à la mort de Kirk.

Il posa l'une de ses mains sur la tête de Kirk et laissa glisser quelques mèches de ses cheveux entre ses doigts. Il ne savait pas vraiment pourquoi il faisait ça mais son geste lui semblait rationnel dans ces circonstances. Une sensation plutôt agréable se dégagea de ce contact et il la laissa s'épanouir dans son esprit. Chose qu'il n'aurait bien sûr jamais fait en temps normal. Mais lui aussi allait devoir affronter sa mort en plus de celle de son ami. Pour la première fois de sa vie, Spock s'accorda du réconfort.


Une heure, trente deux minutes et vingt sept secondes plus tard...

Kirk bougeait.

C'était, en tout cas, ce que son corps avait notifié à son esprit alors qu'il méditait encore pour se préparer à sa mort.

Kirk bougeait, violemment.

Lorsque Spock ouvrit à nouveau les yeux, il aperçut son Capitaine à moitié relevé, cognant frénétiquement contre les parois de leur caisson. Il aperçut quelques goutes de sang perler sur la plaque de métal et le long des poignets de l'humain. Il était entrain de paniquer.

_Capitaine, il est inutile de vous en-

_Je ne peux plus, Spock ! J'étouffe, je le sens. Il faut que je sorte d'ici ! Maintenant !

Comme pour accompagner ses paroles, Kirk se mit à frapper plus violemment encore le caisson de métal, cognant au passage à plusieurs reprise le corps du vulcain. Spock avait toujours suspecté une profonde force physique chez son supérieur. La douleur qui résultait de ses coups confirma son hypothèse. Mais il bloqua ses sentations comme il avait toujours su le faire.

_Jim, arrêtez.

Spock agrippa les avant bras de l'humain et le força à s'immobiliser. Il eut plus de difficultés qu'il ne l'aurait cru. Il ne fallait pas sous-estimer la force panique du Capitaine. En particulier lorsqu'elle relevait d'une féroce envie de vivre. Il sentit Kirk continuait de se débattre. Il respirait violemment, renforçant ainsi le manque d'air qui enflammait ses poumons. Spock se sentit confusément perdu devant le comportement désespéré de son Capitaine. Il n'était pas habitué à le voir ainsi, encore moins à devoir le priver de ses dernières forces.

Sans qu'il ne sache vraiment pourquoi, ses bras s'enroulaient déjà autour des épaules de Kirk. Il passa une main dans son dos et le cala contre lui. Son étreinte se resserra au point d'envelopper presque entièrement l'humain de ses bras. Ses jambes s'enroulèrent autour de celle de Kirk et l'immobilisèrent doucement. Il posa son autre main derrière la nuque de son supérieur et enfonça lentement son visage dans son torse fin.

_Jim, calmez-vous...Je vous en prie.

Il sentit l'humain cesser de se débattre et s'immobiliser. Il ferma les yeux et posa son menton sur la masse de cheveux qui reposait fermement sur sa poitrine. Il enserra l'humain plus fort encore contre lui.

_C'est bientôt fini, Jim...

Quelques secondes s'écoulèrent. Il sentit alors les bras de Kirk s'enrouler autour de sa taille comme un assentiment muet à ce qu'il s'apprêtait à faire. Le vulcain le serra alors un peu plus fort contre lui, scellant leur étreinte avec difficultés. Il sentit le corps de Kirk convulser violemment contre lui et il maintint un peu plus fermement ses mains et ses bras contre son corps. Il serra les dents, empêchant comme il pouvait l'émotion de le submerger. Jamais il n'aurait cru cela si dur. Son geste lui avait paru pourtant d'une logique implacable. Mais tandis que la vie quittait peu à peu l'humain et que son corps reposait enfin contre lui, il sentit des larmes s'échapper de ses yeux pour venir s'écouler entre ses lèvres. Il trembla légèrement, abasourdi par ce qu'il venait de faire tout en sachant qu'il n'aurait pas pu agir autrement. Il relâcha la force dans ses bras et ses jambes et le corps maintenant sans vie de Kirk glissa lourdement contre lui.

_Ce fut un honneur de servir sous vos ordres, Jim...

Il faisait de plus en plus froid. Spock eut le sentiment irrationnel que le temps s'écoulait beaucoup trop lentement. Les minutes lui paraissaient anormalement longues. Ses larmes s'étaient taries et il attendait simplement que la mort vienne l'emporter. Il ne l'avait jamais redouté, trouvant émotionnellement inadéquat de redouter un processus que toute espèce vivante était amenée à effectuer. Pourtant, depuis plus de 6,7 minutes, il désirait la mort. Il voulait partir et quitter ce monde le plus rapidement possible, laissant derrière lui ces deux corps qui avaient contenu la vie quelques instants auparavant. Il voulait retrouver Jim. Pas cette coquille charnelle vide qui reposait dans ses bras.

Il entendit un léger vrombissement, comme un battement de coeur lointain et irrégulier. Son désir allait bientôt être exaucé. Il laissa son esprit accueillir la mort de la façon dont elle décidait de l'emporter. Et bientôt une fine lumière aveuglante apparut devant lui. L'adrénaline qui parcourait son corps devait apparaître ainsi à son esprit et il la laissa venir avec soulagement.

_Ils sont là !

Spock fronça les sourcils. Il n'était pas censé entendre des voix. Encore moins des voix qui lui semblaient familières.

_Dépêchez-vous !

Le Docteur McCoy ? Non, ce n'était pas possible. Ce n'était pas logique.

_Non... laissez...nous... murmura-t-il en prenant à nouveau le corps de Kirk dans ses bras.

C'était une vision de son esprit. Il était entrain d'halluciner et son esprit avait décidé de lui faire vivre la pire des situations possibles. Il laissa tomber son visage contre celui du capitaine et ferma les yeux, laissant l'inconscience le cueillir puisque la mort semblait prendre autant de temps à l'emporter.

Il voulait que cela cesse, maintenant.

La possibilité que les secours soient arrivés n'était qu'un facteur minime qui n'entrait pas en compte dans ses perspectives de fin d'avenir.

A suivre...