Chapitre 6

_Vous n'aimez pas l'eau Spock ?

Après plusieurs tentatives infructueuses pour que son ami vienne le rejoindre dans l'eau, Kirk avait finalement décidé de venir le rejoindre sur la plage. Le vulcain avait toujours été très têtu et il avait toujours éprouvé certaines difficultés à lui faire comprendre que ce genre de comportement le faisait passer à côté de beaucoup de choses. Mais venant du plus têtu des Capitaines de Starfleet, la leçon avait toujours eu du mal à passer. Et Kirk le comprenait bien. Pourtant, cette fois-ci, les circonstances faisaient qu'il aurait quand même le dernier mot.

_Je n'éprouve aucun intérêt particulier à aller tremper mon corps dans une eau si froide, lui répondit Spock, toujours fermement assis sur sa serviette de bain.

Il n'avait pas enlevé son tee-shirt et avait bien entendu refusé de porter les lunettes de soleil que le capitaine lui avait ramené pour leur petite journée à la plage, arguant qu'un vulcain était habitué à des températures bien plus chaudes et des rayons lumineux plus puissants. Et c'était effectivement le cas. Mais Kirk avait espéré pouvoir capturer dans son esprit l'image d'un vulcain en tenue décontractée, se faisant tout simplement dorer la pilule avec des lunettes de soleil digne des plus grand surfeur de la galaxie. Un petit sourire amusé étira ses lèvres alors qu'il s'emparait maintenant de sa planche à voile restée gentiment àallongée sur le sable.

_Mais vous n'allez pas avoir le choix, Spock. Pour pouvoir faire de la planche à voile, il va falloir vous mettre à l'eau !

Kirk aperçut le vulcain hausser un sourcil profondément étonné vers lui et il ne put s'empêcher de rire doucement devant l'air presque consterné qu'abordait son ami.

_Je ne comprends pas, Jim. Nous sommes deux et vous n'avez apporté avec vous qu'une seule de ces « planches à voile ». J'ai logiquement supposé que vous alliez me faire part d'une démonstration personnelle.

_Vous n'avez qu'à moitié raison pour une fois, Mr Spock ! Je dois dire que je ne m'attendais pas à ce que vous vous trompiez. Votre raisonnement aurait-il certaines failles dans ce genre de circonstance ? Taquina Kirk en faisant signe au vulcain de se lever pour le suivre.

Après plusieurs secondes d'hésitation et d'incompréhension, Spock finit par se lever à son tour.

_Le but de la journée est de vous apprendre à vous servir de cet engin et d'en apprécier l'utilité. Il va falloir que vous enleviez votre tee-shirt si vous ne voulez pas le tremper et que vous m'accompagniez dans l'eau. Nous allons nager sur plusieurs mètres au loin du rivage et je vais pouvoir vous donnez la première véritable leçon de voile de votre vie !

Kirk fit son plus beau sourire pour encourager le vulcain à le suivre et se laissa glisser dans l'eau avec plaisir, attendant que Spock finisse par en faire de même avec toute la mauvaise foi dont il était capable. Même si Spock n'avait jamais été très expressif en soi, Kirk pouvait aisément observer les traits de son visage se tendre sous la fraîcheur de l'eau. La chair de poule qui parcourait maintenant l'ensemble de son corps reflétait l'inconfort dans lequel son ami pouvait se trouver.

_Ne vous en faites pas Spock, le plus dur c'est d'y rentrer ! Une fois à l'intérieur, vous verrez, ça ira beaucoup mieux.

Kirk se força à ne pas penser au double sens que pouvaient avoir ses propos, ne se rappelant pas avoir l'esprit si mal placé habituellement, avant de faire signe au vulcain de nager vers lui alors qu'il s'éloignait doucement de la plage, la planche à voile sous son bras qu'il faisait lentement glisser sur la surface de l'eau, battant simplement des jambes pour faire flotter son corps luisant avec le courant. Il jetait quelques coups d'oeil derrière lui pour s'assurer que le vulcain n'éprouvait aucune difficulté à le suivre. Mais force était de constater qu'il était tout juste derrière lui et qu'il semblait presque le rattraper. A croire que malgré ses réticences à se mouiller, Spock était peut-être même meilleur nageur que lui.

_Vous verrez, vous allez adorer Spock ! Dit-il en s'arrêtant de battre des jambes. Venez vous placer derrière moi et quand je vous fais signe, vous vous hissez sur la planche en glissant doucement le torse dessus, puis vos jambes. Lorsque j'aurais stabilisé le tout, vous vous mettrez debout et vous vous accrocherez à cette barre au milieu de la voile, vous voyez ?

Malgré un certain malaise évident, Spock lui répondit par l'affirmative d'un bref hochement de tête. Kirk s'exécuta donc et se hissa agilement sur le planche à voile. Il s'accrocha à la poignée de la voile et fit signe à Spock de monter lui aussi à bord en lui tendant la main. Son officier en second le suivit et se hissa plus maladroitement sur la voile, peinant vraisemblablement à trouver un équilibre. Kirk lui attrapa alors le bras avant que les ballotements que provoquait Spock ne les fassent chavirer tous les deux. Il le tira alors rapidement à lui pour qu'il puisse agripper la barre transversale au milieu de la voile. Il se plaça automatiquement derrière le vulcain et l'entoura de ses bras pour venir lui aussi s'accrocher à la voile, la maintenant fermement droite devant Spock. Un large sourire étira les traits de son visage, plutôt content d'en être arrivé là du premier coup.

_Vous voyez, ce n'était pas si difficile ! Dit-il contre l'oreille de Spock alors qu'il entrecroisait convenablement leur jambes pour tenir en équilibre.

Le corps du vulcain était fin et lui permettait de s'emboitait suffisamment autour de lui pour qu'ils tiennent tous les deux sur la planche. Ainsi, ils n'avaient plus qu'à tourner tous les deux le visage sur le côté pour faire face à la mer tout comme Kirk l'avait espéré.

_Cette position n'est pas très confortable, nota tout de même le vulcain d'une voix plutôt mal assurée s'il en comprenant les petits chavirement.

Kirk se doutait qu'avec sa nouvelle répugnance à prolonger des contacts physiques avec tout autre être vivant, le vulcain se sentirait forcément mal à l'aise. Au début, tout du moins. Il allait lui prouver que les bienfaits de ce petit sport outrepasseraient l'inconfort dans lequel il se sentait.

_Ne faites pas le rabat-joie, souffla doucement Kirk en souriant. Tenez bien la barre. Vous allez voir, nous sommes simplement sur un autre genre de vaisseau dont le gouvernail est un peu moins stable... Rien de plus.

Kirk se cala un peu plus contre le vulcain, collant cette fois-ci doucement leur corps alors qu'il rapprochait la voile à quelques centimètres du torse de Spock. Il ferma les yeux quelques secondes, laissant ses sens capter la direction du vent frais qui les enveloppait. Et après quelques petites secondes, il tira d'un coup sec la barre emprisonnées dans ses mains et la voile se gonfla doucement d'elle-même. La planche se mit alors automatiquement à glisser sur la surface de l'eau et ils s'avancèrent doucement vers l'horizon, laissant les vaguelettes craqueler contre le plastique dur de la planche tandis que le vent s'engouffrait légèrement sur leur visage. Un sourire profond étira doucement le coin des lèvres de Kirk alors qu'il maniait le gouvernail de la voile avec autant de dextérité que celui de son propre vaisseau spatiale.

_Voyez... souffla-t-il doucement les yeux fixés sur le rivage. Il suffit simplement de se laisser porter par le vent.

Kirk balaya l'horizon du regard, profondément épanoui de retrouver enfin ses vieux souvenirs de vacances et toutes les sensations qui allaient avec. Il sentit les cheveux de Spock lui chatouiller le visage alors que le vulcain tournait légèrement la tête pour le regarder du coin de l'oeil. Kirk porta alors son regard vers lui et lui sourit doucement. Il n'aurait pas pensé qu'une telle proximité entre eux aurait pu à nouveau exister après les derniers évènements. Pourtant, il n'avait pas le souvenir de s'être senti un jour aussi bien, aussi complet qu'en cet instant même. Lui et Spock, à la barre d'un navire si fin qu'il n'était fait que pour eux seuls. Lui, tenant le gouvernail, Spock, le suivant comme il l'avait toujours fait tandis que le bercement des vagues faisait lentement onduler leur corps au point de les faire s'épouser parfaitement.

Le temps sembla se figer quelques secondes alors que Kirk sentit son coeur battre de plus en plus lentement, envahit par une paix intérieure rare et qu'il n'espérait pourtant plus. Son bien-être du se lire sur son visage puisque le vulcain ancra quelques secondes son regard dans le sien, comme s'il cherchait à comprendre les émotions qui pouvaient se dérouler dans l'esprit de Kirk. Comme s'il... cherchait à s'en imprégner lui aussi. Kirk laissa ses sentiments s'épancher à travers son regard, donnant tout ce qui faisait partie de lui à cet homme qui avait trop longtemps été dépourvu de son essence humaine. Il avait toujours voulu lui apprendre à retrouver cette partie là. A l'apprécier, peut-être plus encore que son héritage vulcain. Il voulait l'éveiller à un genre d'émotions différentes, qui jusque là n'avaient pas eu leur place dans leur vie mais qui maintenant lui semblaient indispensables. Et lorsque leur regard s'ancrèrent définitivement, estompant petit à petit les contours du paysage environnant, comme un rêve qui s'évanouit peu à peu, Kirk cessa de réfléchir tout simplement. Perdu dans la contemplation de ces iris d'ébène où se reflétaient les scintillements du soleil que l'eau miroitait sur leur visage.

Les secondes s'égrainaient au compte goutes. Pourtant, tout sembla se dérouler à une vitesse vertigineuse, bien trop pour que Kirk y comprenne quoi que ce soit. Son visage se penchait déjà en avant, réduisant l'espace entre leur deux corps alors que son propre regard dérivait lentement sur les lèvres satinées du vulcain. Celles-ci s'entrouvrirent légèrement. Kirk aurait été bien incapable de définir si le son qu'il entendit raisonner dans son esprit s'était échappé de cette ouverture sombre ou s'il s'agissait de ses propres élucubrations affolées. Il eut alors à peine le temps de prendre conscience de ce qu'il faisait que ses lèvres se stoppèrent instantanément à quelques millimètres à peine du visage de Spock. Son regard, voilé d'une absence propre à un moment d'égarement, brilla d'une étincelle de surprise et d'incompréhension et il s'écarta violemment du corps du vulcain. Assez abruptement pour les faire tanguer dangereusement sur l'eau. Il sentit ses mains glisser sur la barre de navigation de leur navire et son corps tomba presque lentement à la renverse. Il ferma alors les yeux, prêt à se laisser engloutir dans l'eau fraîche et refroidir par là-même ses propres ardeurs impatientes. Depuis quand est-ce que la distance entre leur deux corps était-elle devenue si insoutenable ? Alors même que...

Kirk ouvrit violemment les yeux, le bras tendu brusquement devant lui. Spock venait d'agripper son poignet et le retenait suspendu à quelques centimètres de la surface de l'eau. Kirk écarquilla légèrement les paupières, confus de ce réflexe inattendu. Et surtout inutile. Il resta suspendu dans l'air à peine deux ou trois secondes avant que son poids, ajouté à celui du vulcain, ne fasse définitivement pencher la voile de leur côté. Son dos heurta alors sèchement la surface de l'eau et son corps entier fut englouti dans un claquement grave. Il eut à peine le temps de retenir sa respiration qu'un autre corps s'enfonça dans l'eau à sa suite, l'enfonçant lui-même plus profondément dans les profondeurs de l'océan. Spock empoignait toujours fermement son poignet et il sentit une légère pression sur son épaule stopper sa descente sous-marine. Lorsqu'il ouvrit doucement les yeux, la vision légèrement flou de son ami vulcain se tenant allongé juste au dessus de lui le surprit suffisamment pour que plusieurs bulles d'air s'échappent de ses poumons et viennent s'écraser contre le visage de son ami. Malgré l'âpreté de l'eau sur les parois fines de ses yeux, Kirk fut bien incapable de décrocher son regard de cette silhouette sombre et imposante qui semblait le toiser tout entier. Et alors que leur corps avaient simplement arrêté de s'enfoncer et qu'ils flottaient tous les deux dans cette eau trouble, Kirk nagea littéralement en pleine confusion lorsque l'une des mains du vulcain s'approcha doucement de son visage.

Il sentit cette main si fine glisser de son épaule, remonter le long de son coup, pour venir parcourir le contour de sa joue. Son corps entier se crispa lorsqu'il comprit la position familière que prirent les doigts du vulcain. Cette pression experte sur l'arrête de son nez, au dessus de son sourcil, dans le coin de ses yeux... Kirk ferma alors doucement les paupières, ne se posant aucune espèce de question quant aux raisons qui poussaient Spock à faire ça. Car à chaque fois que le vulcain avait eu recours à la fusion mentale avec lui, il n'en était ressorti que du bon. Simplement ce lien qui n'appartenait qu'à eux et qu'il pourrait à nouveau l'approcher suffisamment pour avoir encore un peu l'impression que le vulcain et lui resteraient toujours liés. Même si ça voulait dire...

Kirk agrippa brusquement le poignet de Spock, éloignant tout aussi fermement sa main de son visage. Non, il ne pouvait pas le laisser faire ça. Tout simplement parce qu'il ne voulait pas que le vulcain puisse comprendre ce qu'il avait en tête, prendre conscience de la nature de ses pensées et de ses envies récentes. Cela risquerait de tout gâcher... Et il ne voulait pas se laisser entraîner une fois de plus dans cette fusion qui l'avait toujours conforté dans un sens, pour se retrouver seul et sans rien quelques jours à peine après. Kirk avait toujours eu conscience de son côté masochiste, il n'en fallait pas moins pour tenter de séduire son meilleur ami vulcain, mais il avait aussi ses limites. Il battit donc des pieds et remonta à la surface, entrainant Spock avec lui.

La première bouffée d'oxygène fut comme un froid retour à la réalité. Il tira le vulcain à la surface et le laissa reprendre lui aussi sa respiration.

_Vous allez bien ? Demanda-t-il la respiration encore un peu saccadée.

_Affirmatif. Jim, pour ce qui vient de se passer sous-

_Vous avez glissé dans l'eau Spock, ça arrive à tout le monde voyons. Vous n'avez pas à vous excuser pour ça, fit-il avec un petit sourire faussement amusé alors qu'il s'emparait à nouveau de la planche à voile qui menaçait de prendre le large sans eux. Pour une première leçon, c'était pas si mal vous savez ! Mais j'arrête là votre torture, l'eau commence à être vraiment froide.

Kirk passa son bras au dessus de la planche à voile et commença à nager vers la plage, faisait un bref signe de la tête à son ami pour qu'il le suive. Il ne s'attarda pas plus longtemps sur ce qui s'était passé sur la planche à voile, ni même sous l'eau, jouant très bien à celui qui n'avait rien remarqué. Faire semblant, il savait le faire. Il espérait simplement que le vulcain le suivrait sur cette voie là, sans se poser plus de question. S'il restait assez crédible pour lui faire croire que ce genre de comportement était tout à fait normal chez les humains, plus encore chez lui, alors il pourrait peut-être continuer à passer du temps ensemble sans aucun malaise, ni aucune gêne. Du moins, réciproque. Car s'il avait décidé de séduire Spock, de l'amener à désirer tellement fort un contact physique entre eux qu'il en oublierait sa phobie, à rendre sa présence si agréable que le vulcain ne pourrait plus vouloir s'en passer, il n'avait certainement pas prévu que la tentation serait la plus forte de son propre côté. Il ne voulait rien forcer, rien engager. Il voulait que Spock le fasse. Parce que si l'initiative venait de lui, alors il aurait gagné. Il ne se l'expliquait pas mais il sentait que si la limite n'était pas franchie par le vulcain lui-même, sa stratégie ne marcherait pas.

Ils ne s'adressèrent plus vraiment la parole du reste de la journée. Chacun des deux hommes se contentant de lire ou de méditer au soleil, échangeant parfois quelques banalités mais rien de plus approfondi. Kirk s'était simplement contenté de laisser le vulcain vaguer à ses occupations, estimant avoir suffisamment forcé les choses pour la journée. Spock de son côté, n'avait fait aucune autre remarque sur leur petite sortie en voile. Kirk ne savait pas s'il devait le voir comme un bon ou un mauvais présage. Mais dans tous les cas, le vulcain ne lui paraissait pas plus froid qu'à l'accoutumé. Seulement... égal à lui-même.

Le trajet de retour fut donc tout aussi silencieux et calme que le premier. Kirk jetait parfois quelques coups d'oeil discrets sur la silhouette à ses côtés, qui se tenait toujours de façon stoïque face à la route. Les traits du visage de Spock lui paraissaient plus tirés qu'à son habitude mais il n'arrivait pas à mettre ce fait sur la fatigue, l'inquiétude ou simplement un état de réflexion intense. Depuis que son ami avait pris la décision de démissionner, son comportement plus froid, plus « vulcain » l'empêchait de deviner aussi aisément qu'auparavant le cours de ses pensées. Ils passèrent pourtant la soirée à manger et à discuter tranquillement, comme de bons vieux amis. Spock lui donnant ses impressions sur ce sport somme toute assez « particulier » comme il l'avait lui-même défini, mais Kirk fut heureux de constater que l'expérience ne semblait pas avoir véritablement déplut au vulcain. Même si celui-ci restait toujours peu loquace sur le sujet qui semblait occuper une bonne partie de ses réflexions. Même si Kirk aurait voulu connaître le fond de ses pensées, il estimait qu'un Spock aussi pensif était toujours mieux à prendre qu'un Spock complètement résolu et borné. Au moins avait-il instillé un certain doute ou un certain fait illogique dans son esprit. Une équation faussée qui semblait grandir toujours plus au fil des heures.

Il décida donc d'écourter la soirée et de retrouver son lit plus tôt que d'habitude. Laissant son corps se reposer des évènements de la journée et récupérer le sommeil qui lui avait manqué la nuit dernière. Il entendit la porte de la chambre adjacente à la sienne se fermer doucement et ne put s'empêcher de tendre l'oreille, à demi emporté par le sommeil. Ce ne fut que lorsqu'il entendit le froissement familier du drap recouvrant un corps, qu'il laissa enfin l'inconscience cueillir son esprit tourmenté et fatigué. Un fin sourire étirant toujours le coin de ses lèvres au souvenir de sa petite escapade sur la mer avec son officier en second.

À suivre...